« Le complot des livres », par C. A. Yuste

À ce moment-là, en février 1792, la France était plongée dans les changements vertigineux de la Révolution française qui en avaient déjà fait une monarchie constitutionnelle et personne ne pouvait toujours voir quand et où ils pourraient se terminer. Pendant ce temps, en Espagne, leur allié traditionnel, les autorités attendaient les événements avec impatience.

Préoccupé par le risque de contagion révolutionnaire, le ministre Floridablanca a finalement choisi de fermer les frontières, empêchant ainsi toute information venant de France. C’était non seulement la politique la plus sensée, mais peut-être la seule possible si elles ne voulaient pas risquer de rompre complètement les relations avec le seul monarque sur lequel elles pouvaient compter face à la menace britannique toujours présente.

Ou du moins, c’est ainsi que Floridablanca l’avait considéré comme l’un des protagonistes de ce roman, le lieutenant Luis de los Ríos Zarzosa, commandant de l’un des postes de contrôle des frontières en charge de ce verrou. Cependant, à peine quelques semaines plus tard, le comte Aranda, un aristocrate pragmatique en faveur d’une réflexion aussi large que possible avec les nouvelles institutions françaises, est nommé substitut de Floridablanca.

De manière surprenante et du jour au lendemain, le roi Charles IV avait perdu sa crainte de la Révolution et de sa possible contagion dans ses royaumes sans raison apparente qui justifiait un coup aussi radical.

Dans ce contexte, C. A. Yuste parvient à intégrer un complot rempli d’intrigues et de meurtres parfaitement liés, sans choc ni anachronisme, aux véritables événements historiques de ces semaines. Noble Levantis, révolutionnaires idéalistes, fanatiques curieux et même quelques détectives seront plongés dans une succession vertigineuse d’événements qui pourraient bien expliquer pourquoi le changement de direction apparemment inhabituel du monarque espagnol était dû.

La rigueur historique avec laquelle l’auteur traite cette époque, de même que la capacité d’embuscade d’un roman aussi crédible au cours de cette période, rend difficile la distinction entre ce qui correspond à la fiction et à la réalité.

C. A. Yuste (Madrid, 1974), coproducteur et présentateur de « Stories of Medicine » pour Radio 5 (RNE), a obtenu son diplôme d’histoire en 1998.

Il collabore actuellement avec l’Institut d’études sur les loisirs de l’Université de Deusto, où il enseigne des cours sur des thèmes historiques des XIXe et XXe siècles, sauf en été où il travaille comme pompier forestier pour le gouvernement de Navarre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *