Rechercher un ouvrage

Chemins charentais de Simenon

Thème(s) :
  • Guerre 39/45
  • La Rochelle, Aunis
  • Littérature (Romans)

chemins charentais simenon couverture

Auteur : Mercier Paul

Format : 155/200

Parution : 2003

ISBN : 2-907967-77-0

Epuisé

Extraits et documents annexes

Mercier Paul Feuilletage


Il est plusieurs façons de prendre plaisir à lire Simenon : se laisser séduire par l'intrigue, se délecter de l'énigme policière, chercher à retrouver l'homme à travers les obsessions intimes de l'auteur... et pour mille autres raisons. Il en est une, bien particulière, qui m'a guidé dans cette exploration: la géographie physique et sociale utilisée par Simenon pour choisir un cadre spatial à ses fictions romanesques. Marsilly, Nieul, Esnandes et La Rochelle sont des hauts lieux simenoniens par excellence, des lieux d'enracinement agissant bien au delà de la passade pour Simenon et ses héros, en particulier Maigret. La Rochelle, certes, impose les marques de sa notoriété, de sa population, de son histoire, de son port, de sa préfecture et de ses voies de communication. Mais le nord de l'Aunis, jusqu'aux limites de L'Aiguillon, du pont du Brault et des confins de Marans, le bord de mer, l'amer et les bouchots à l'ouest, en sont la solide base arrière depuis que Simenon a presque oublié les îles charentaises découvertes lors de son premier séjour. Son Marais vendéen s'étend pour lui le long du canal de Marans, et vers Coulon, en direction de Niort. Et peu à peu, grâce à de nombreuses mentions qui parsèment l'oeuvre, l'univers romanesque déborde sur tout l'environnement charentais (Royan, Fouras, Saint Jean d'Angély, Cognac...). Le nombre des indices topographiques est loin d'être illimité et, par souci de limitation des descriptions, chaque détail est condensé, épuré à l'essentiel et intégré au récit. Cette sobriété aboutit à un double résultat: elle dissipe l'effet de carte postale et donne prise à la rêverie du lecteur. La revue générale des titres inspirés par les Charentes produit un effet de surimpression des lieux et des souvenirs servant de matière première à la création romanesque: les jeux d'écriture du romancier, sa cuisine littéraire, si je puis dire, s'apprécient davantage car ils donnent l'illusion d'une familiarité avec le paysage et ses notations lumineuses. A la suite de Max Jacob, Courtine, le prince de la gastronomie, fut l'un des premiers à parler de cette magie des lieux chez Simenon, de son inimitable façon de représenter la vie de La Rochelle en particulier. Grâce à ce sens intime du terrain, les romans de Simenon manifestent une capacité étrange à donner au lecteur l'impression d'avoir déjà habité tel endroit précis à travers les faits et gestes d'un personnage imaginaire, au point qu'il " reconnaisse" déjà les lieux, quand il y met les pieds pour la première fois. Et quand bien même des souvenirs ou des rêveries d'enfance s'y grefferaient, chaque emplacement reste unique, bien réel en définitive, avec la rencontre des gens qui continuent à y vivre. Comme s'ils sortaient d'un roman de Simenon...

Illustration de couverture: Un carrelet de la pointe Saint Clément, par Léon Claessens, vice président du Cercle royal des beaux arts de Liège (dit Baraque sur pilotis à Marsilly, Charente Maritime, France. Aquarelle de 2002).

Liens

Nous vous conseillons ces livres :

Avis des lecteurs

Il faut être connecté pour poster un commentaire : créer un compte.

Aucun commentaire
Talmont sur Gironde

Retrouvez-nous sur facebook

et sur Twitter



Déjà inscrit ?

Authentification

Newsletter

Votre e-mail

Profitez des promotions pour les fêtes

Retrouvez nos promotions sur les beaux livres du Croît vif pour les fêtes de fin d'année

couverture haute saintonge

LUMIERES-ROMANES

couverture arbres à histoires

couv-abbaye-aux-dames-mr