Aux tissus de Vitrac

Souvenirs d'une famille de marchands drapiers charentais

Thème(s) :
  • Biographies
  • Confolens et le Confolentais
  • Economie
  • Histoire

couverture aux tissus de vitrac

Auteur : Michèle Maury-Etchegoyhen

Format : 208 pages, 14,5x22 cm

Parution : 08/04/2013

ISBN : 978-2-36199-450-1

ISSN : 1167-458X

20,00 €

Crêpe, calicot, batiste, finette, reps et tartas... des noms de rêve qui dissimulent le dur labeur d'une famille dévouée à son commerce. L'auteur a réalisé un document ethnographique exceptionnel à partir du témoignage de sa tante, sa grand-mère, amis et voisins. « Tout ce qu'elles racontaient palpitait de vie ». Les témoignages méthodiquement recueillis et simplement mis en forme s'enchaînent naturellement pour produire un récit cohérent, attachant et sensible. Un document rare sur la vie d'un commerce rural au début du XXe siècle.

 

Que peut bien signifier être marchand drapier dans une commune rurale du Confolentais au XIXe siècle ? À Vitrac, les paysannes n'ont pas besoin d'un grand nombre de toilettes. Mais elles se font belles pour les grandes occasions. Un mariage, une communion, un jour de fête nécessitent des vêtements neufs ou remis au goût du jour. Le couple tient donc boutique au bourg. Le commerce d'étoffes est jouxté d'un café. Du coup, les Durif sont aussi cabaretiers, voire hôteliers au service de leurs fournisseurs de passage et de leurs bons clients. Tout cela en continuant d'installer le « banc » à chaque foire des environs. Le 5 à Chabanais, le 10 à La Rochefoucauld, le 22 à Chasseneuil... pas moins de 13 foires. Les jours sans foire, sans noce, sans voyageur, c'est la vente à domicile appelée « chine » et héritée des colporteurs, qui n'est pas un métier de tout repos. Après la Grande Guerre, les Maury installeront leur commerce à Angoulême, laissant derrière eux cette vie de marchands-forains qui animait les places de villages.

Et pour faire tourner le commerce, conclure les affaires, emporter la vente, tout un petit monde s'affaire : Marguerite la patronne, et son époux Antoine, décédé trop jeune, il y a le fils Ernest, et sa sœur Berthe - la grand-mère de l'auteur - c'est elle qui reprendra le commerce quand sa mère s'effondrera à la mot du fils prodige, avec son époux Louis Maury, tailleur... Tante Rassille et l'oncle Fougerat qui fait commerce de vin et tient l'auberge ; Noémie la bonne et la cousine Ernestine.

Les scènes racontées par Michèle Maury-Etchegoyhen entremêlent avec brio vie professionnelle et vie familiale. Jamais un moment de répit.

Liens

La Balade littéraire à Vitrac en images, en compagnie de l'auteur : Balade à Vitrac

Avis des lecteurs

Il faut être connecté pour poster un commentaire : créer un compte.

Aucun commentaire
Talmont sur Gironde

Retrouvez-nous sur facebook

et sur Twitter



Déjà inscrit ?

Authentification

Newsletter

Votre e-mail

Profitez des promotions pour les fêtes

Retrouvez nos promotions sur les beaux livres du Croît vif pour les fêtes de fin d'année

couverture haute saintonge

LUMIERES-ROMANES

couverture arbres à histoires

couv-abbaye-aux-dames-mr

 

Conseiller cette page