Gourville le magnifique

Financier, diplomate, confident des puissants du Grand Siècle

Thème(s) :
  • Angoulême et Angoumois
  • Biographies
  • Noblesse et châteaux

gourville le magnifique - couverture

Auteur : Mazère Alain

Format : 14,5 x 22 cm - 357 pages

Parution : 2009

ISBN : 978-2-916104-81-2

25,36 €

« Gourville, par son esprit, son grand sens, les amis considérables qu'il s'était faits, était devenu un personnage » (Saint-Simon, Mémoires). Ou comment un simple valet charentais devient l'un des grands du Grand Siècle...

Chargé par Louis XIV d'une mission diplomatique en Allemagne, Gourville se voit offrir par le duc de Hanovre une somptueuse « machine en or » à placer sur la table afin d'en tirer du vin glacé ; quelque temps après, il la cède pour 9 000 livres à la marquise de Montespan qui en mourait d'envie : extraordinaire Gourville, il possède le don de faire fructifier tout ce qu'il approche ! Au point qu'on songea même à lui pour la succession de Colbert, comme contrôleur général des finances. Le suivre dans son ascension renvoie aux éblouissements du pouvoir et aux spéculations financières de tous les temps : en cela, il ressemble à ces « magnifiques » de la Renaissance italienne ou à ce Gatsby de l'Amérique des années folles.

Né en 1625 à La Rochefoucauld, Gourville débute comme secrétaire du duc éponyme. Devenu messager du cardinal Mazarin pendant la Fronde, puis financier de haut vol sous l'étincelant surintendant des finances Nicolas Fouquet, il amasse une fortune considérable et se voit condamné à mort par contumace, pour malversation. Bien qu'en fuite pour échapper à la justice, paradoxalement l'État utilise son talent de négociateur comme ministre plénipotentiaire en Angleterre, en Allemagne, en Hollande ou en Espagne ; puis le Grand Condé, première fortune du royaume, le nomme intendant de sa maison. Blanchi personnellement par Louis XIV, il devient le conseiller de tous les grands de la cour.

Familier de Mesdames de Sévigné et de La Fayette, de Boileau, de Racine, de Louvois et de tant d'autres, amant de la célèbre Ninon de Lenclos, restaurateur du château de Saint-Maur, joueur et gastronome, ce grand aventurier de modeste extraction meurt en 1703, après avoir traversé et même dominé la société pourtant ultra hiérarchisée du XVIIe siècle. Son personnage se retrouve dans tous les mémoires de son temps, de Saint-Simon au cardinal de Retz, de même il inspire La Bruyère, et plus tard Voltaire, Sainte-Beuve ou Alexandre Dumas... Il s'agit ici de sa biographie la plus accomplie. Elle se lit comme un roman à la découverte intime du Grand Siècle.

Préface de Sixte de La Rochefoucauld.

Liens

Du même auteur :

Avis des lecteurs

Il faut être connecté pour poster un commentaire : créer un compte.

Aucun commentaire
Talmont sur Gironde

Retrouvez-nous sur facebook

et sur Twitter



Déjà inscrit ?

Authentification

Newsletter

Votre e-mail

Profitez des promotions pour les fêtes

Retrouvez nos promotions sur les beaux livres du Croît vif pour les fêtes de fin d'année

couverture haute saintonge

LUMIERES-ROMANES

couverture arbres à histoires

couv-abbaye-aux-dames-mr

 

Conseiller cette page