Rue du palais

Thème(s) :
  • Guerre 39/45
  • La Rochelle, Aunis
  • Littérature (Romans)

9782916104478r

Auteur : Pilet Arlette et Philippe

Format : 11,5x19,5 cm, 144 pages

Parution : 2008

ISBN : 978-2-916104-47-8

ISSN : 1147-4955

12,17 €

Extraits et documents annexes

Pilet Philippe et ArletteBonnes pages


Rue du Palais est un roman écrit à deux mains d'Arlette et Philippe Pilet. La rue du Palais, même si elle a aujourd'hui un peu perdu de son aura, reste emblématique de la ville de La Rochelle : son côté commerce chic et ses arcades où on aime se promener et où la moindre nouvelle se propage à grande vitesse... Rue du Palais est le roman de ce cœur de La Rochelle vu et vécu par des adolescents pendant la Seconde Guerre mondiale.
Lucette, Christiane, Anita... Marc flirte, il vit ses « années lycée » dans l'insouciance propre à son âge. Le quotidien de ces jeunes est avant tout celui de leur apprentissage des émois amoureux. Ils dansent, ils rient, ils s'embrassent dans les parcs de la ville, ils se déguisent lors de soirées mémorables, ils se promènent près du canal de Marans, ils découvrent l'amour sans trop savoir où il mène. Sentiments et érotisme se mélangent mais demeurent à jamais enfouis, par pudeur et par peur...
Avoir dix-huit ans en 1940, c'est aussi passer de l'insouciance à une tragique réalité, comme Jacques, qui après une peine de cœur, s'engage dans la guerre... Car le décor est sombre, marqué par les alertes incessantes dues à la présence à La Pallice d'une forte concentration navale allemande. De même ils balancent entre une certaine fascination pour la puissance des Allemands et l'admiration qu'ils cultivent pour toutes ces nouveautés qui viennent d'Amérique, le living, le slow ou encore le short qui les fait tellement rêver de liberté et de libertinage...
Lorsqu'on interroge l'auteur sur la part d'autobiographie contenue dans le roman, c'est par un « oui » assumé qu'il répond. Même si les noms de Lucette, d'Anita ou de Vlad ont été transformés car nous dit l'auteur : « Ces personnes pourraient être encore en vie et lire le livre, alors... », ils ont pourtant bel et bien fréquenté la rue du Palais... « Et quand cela finit mal pour Marc, le héros », alors l'auteur de nous dire d'un ton un peu espiègle : « Là s'arrête l'autobiographie. » Comment savoir si la scène de l'arrivée de Marc chez Christiane qui tombe nez à nez avec les culottes Petit Bateau mises à sécher là, relève de la fiction ou de l'autobiographie... Il faudrait un travail de décodage permanent pour faire la part des choses, les vraies de celles inventées.
Ce très beau livre est à la limite du roman, une autofiction qui combine la convention romanesque et l'autobiographie, entre fiction et confession. La guerre à La Rochelle et l'amour se mêlent dans une poignante et saisissante géographie des relations intimes et de l'histoire.
Les guerres finissent toujours mal, surtout lorsqu'elles concernent des jeunes gens. On le sait, la guerre s'est terminée à La Rochelle, un jour après tout le monde. Factuel, drôle et émouvant...

Avis des lecteurs

Il faut être connecté pour poster un commentaire : créer un compte.

Aucun commentaire
Talmont sur Gironde

Retrouvez-nous sur facebook

et sur Twitter



Déjà inscrit ?

Authentification

Newsletter

Votre e-mail

Profitez des promotions pour les fêtes

Retrouvez nos promotions sur les beaux livres du Croît vif pour les fêtes de fin d'année

couverture haute saintonge

LUMIERES-ROMANES

couverture arbres à histoires

couv-abbaye-aux-dames-mr

 

Conseiller cette page