Pelletan Eugène

Homme politique et écrivain (Saint-Palais-sur-Mer 1813 - Paris 1884)

Fils d'Achille Pelletan, notaire impérial à Royan et maire de Royan d'août 1808 à janvier 1810 et de 1814 à 1815, petit-fils du pasteur Jean Jarousseau, protestant, il fait son droit à Poitiers et Paris, écrit des articles, un roman La Lampe en 1840. Ami de Michelet, de Lamartine et de Georges Sand dont il a peut-être été l'amant, il épouse en 1837 sa cousine et amie d'enfance Anne-Clarisse Ardouin avec laquelle il a une fille, mais devient veuf trois ans plus tard. En 1842, il se remarie avec Virginie-Marguerite Gourlier, il en a quatre enfants dont Camille et leur bonheur dure quarante ans. Maigre, de haute taille, bien charpenté, renfrogné, bourru, avec une chevelure noire abondante et une longue barbe, puritain, il possède une franchise brutale ; travailleur acharné, déiste avec une foi utopiste dans le progrès, républicain, franc-maçon, il collabore à de nombreux journaux parisiens ; rédacteur en chef du journal de Lamartine Le Bien public, il glorifie la chute de Louis-Philippe par son ouvrage L'Histoire des trois journées de février en 1848, et échoue de peu comme député en Charente-Inférieure. En juillet 1843, il publie le plus ancien texte connu décrivant les bains de mer de Royan dans un article du Musée littéraire – Revue pittoresque. Opposant sous le Second Empire, il écrit Jarousseau, pasteur du désert en 1855, Le Grand Frédéric en 1858, Les Droits de l'Homme en 1858 et sa célèbre histoire de Royan La Naissance d'une ville en 1861, modifiée et rééditée en 1876, La Nouvelle Babylone en 1862. Publiciste prolixe, il écrit dans les journaux de gauche et dans des brochures, ce qui lui vaut trois mois de prison et des amendes ; il rédige aussi des articles pour la presse régionale et fait de nombreuses conférences. Élu député d'opposition à Sceaux en 1863 où invalidé il est réélu, puis conseiller municipal à Saint-Georges-de-Didonne en 1864 dont il démissionne en 1866. Très anticlérical, il crée dans la loge parisienne qu'il préside un comité d'enterrements civils, alors qu'ils sont toujours religieux jusque-là, mais en fait une telle publicité qu'un scandale éclate et le Grand Orient est amené à suspendre sa loge pour six mois. En 1868 il fonde le journal La Tribune et est élu député triomphalement à Paris. Pacifiste durant la guerre de 1870, il fait partie du gouvernement provisoire de la Défense nationale, part pour Bordeaux puis démissionne ; élu en février 1871 député des Bouches-du-Rhône, devenu un homme du passé, accablé et modéré, il ne participe ni à la Commune ni à la répression. À la création du Sénat en 1876, il est triomphalement élu sénateur dans les Bouches-du-Rhône, puis vice-président du Sénat en 1879. Il vient souvent se reposer à Saint-Georges : ami de Victor Billaud et du maire Frédéric Garnier, il est élu président d'honneur du cercle littéraire de Royan, écrit Élisée, livre de souvenirs, et sa dernière œuvre, sorte de testament, Dieu est-il mort ? en 1883, soutient Jules Ferry dans la colonisation de l'Indochine, puis est nommé sénateur inamovible. Le 10 septembre 1892, Royan érige une statue à sa mémoire, qui sera déboulonnée par les Allemands en 1941 pour être fondue et servir à la fabrication de canons. Voir G. Touroude, Deux Républicains de progrès, Éd. du Pavillon, 1995 (source Dictionnaire biographique des Charentais, notice établie par G. Binot).

Références

arche

Les 10 meilleures ventes du mois de mai

  1. couverture château de lugérat
  2. couverture maires courage
  3. couverture marennes
  4. couverture histoire de la préhistoire
  5. couverture chat madame michel
  6. couverture villes du Poitou Charentes
  7. Raisins verts couverture
  8. couverture fossiles préhistoire charentaise
  9. couverture bracelet zaïane
  10. couverture p'tit grain de sel

Retrouvez-nous sur facebook

Maison d'Edition Charentaise

Le croît vif exprimait autrefois la valeur ajoutée prise chaque année par le bétail.
Le Croît vif aujourd’hui souhaite contribuer à ce supplément d’âme sans quoi une région n’existe pas.
Un seul choix éditorial :
la passion des Charentes.
Le Croît vif, numéro un
de l'édition charentaise...

livres numériques du Croît vif

Le Croît vif propose désormais une large sélection des titres de son catalogue en livre numérique.

Quand le livre est disponible en numérique, sur chaque fiche d'ouvrage un lien vous est proposé. Vous pouvez alors le télécharger au format PDF (idéal pour une lecture sur ordinateur) ou au format epub (format conseillé pour les liseuses et tablettes) via le site de notre partenaire I-kiosque.

Un mode d'emploi de l'e-book pour vous guider tout simplement : ici

et la hot-line pour toutes questions : support@i-kiosque.fr ou au 01 45 68 68 62 (du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h)